NOS PARTENAIRES

Certains dans votre entourage ont déjà certainement arrêté de fumer pour se mettre à la vaporisation. Dans le monde entier ils sont si nombreux à avoir fait la transition. Pourquoi pas vous ? Pour vous aider à tout savoir sur la vaporisation, Testeur de CBD vous délivre sa « masterclass vaporisation et vaporisateurs ».

« Plus qu’une tendance, les vaporisateurs sont en train d’envahir l’espace public. L’équipe de Testeur de CBD sent le vent tourner, et veut s’investir dans le mouvement. »

La discrétion, les saveurs, les économies, la vaporisation a tellement d’avantages ! Il est clair qu’il faut par contre avoir un vaporisateur et savoir correctement s’en servir. Il faudra aussi l’entretenir afin que celui-ci continue de vous apporter de bons goûts et une vapeur agréable pendant longtemps. 

2021 ne serait pas le moment idéal pour passer le cap ?
La vaporisation ne serait-elle pas LA résolution idéale pour 2021 ?

 

Pourquoi arrêter la combustion pour la vaporisation ?

Quand vous fumez, et peu importe ce que vous fumez, vous brûlez la matière. Ce qui génère de la fumée. En plus de perdre les principes actifs de la matière, de nombreuses substances toxiques et cancérigènes sont générées (goudron, monoxyde de carbone, acétone, ammoniaque… etc). Et tout ça part dans votre corps et vos voies respiratoires.

Quand vous vaporisez, vous ne brûlez pas la matière. Ce n’est pas de la fumée qui est générée, mais de la vapeur. Vous en extrayiez donc les saveurs, les arômes et les divers principes actifs. Autrement dit vous récupérez ce qui est essentiel : les flavonoïdes, les terpènes et les cannabinoïdes.

Si on aime tant le goût que la combustion génère et si certains ont du mal à passer à la vaporisation même après avoir essayé, c’est à cause de l’habitude. La très mauvaise habitude. Comme pour la nourriture, notre palais est capable de s’adapter et d’évoluer.  Avec le temps on y vient. Il est normal que la transition soit longue et difficile quand on passe des années à exposer son palais à cette même fumée chaude et toxique. On s’est même tous habitués à celle-ci, jusqu’à en être accros.

De la même manière que certains se mettent à apprécier les vins et les fromages avec le temps et l’habitude, il en va de même pour la vaporisation. Laissez-vous du temps, et puis laissez déjà votre palais récupérer après avoir été brûlé pendant si longtemps. Un nouveau monde vous ouvrira ses portes !

 

Entretien et propreté de votre vaporisateur

Quand vous utilisez un vaporisateur, celui-ci va s’encrasser. Avec le temps, cela va affecter les goûts et les saveurs qu’il génère. La durée de vie de votre appareil sera également réduite. Du coup pour profiter pleinement et longtemps de votre vaporisateur, il faut l’entretenir.

Pour que votre vapo soit toujours en bon état et que les saveurs restent intactes, on vous conseille d’ailleurs de le nettoyer après chaque utilisation. Éteignez votre appareil, une fois qu’il a refroidi vous pouvez le nettoyer. Attention, l’herbe déjà vaporisée n’est pas à jeter (voir astuces en fin de dossier) !

 

Outils et accessoires 

  • Une brosse ou un pinceau (afin de retirer les morceaux d’herbes des compartiments)
  • Un coton-tige imbibé d’alcool ISO (afin de nettoyer l’intérieur de la chambre)
  • Alcool ISO (vous pouvez faire tremper les pièces en verre ou en métal, mais pas les pièces en plastique)
  • Une grille (Si votre vaporisateur utilise des grilles vous pouvez changer celles-ci quand elles semblent trop usées)

Chaque vaporisateur se nettoie différemment même si certains ont un entretien similaire. N’hésitez pas à vous appuyer sur des tutos de nettoyage trouvables sur Google ou YouTube ou parfois même sur le site des marques ou boutiques correspondantes.

 

Utilisation

Tout d’abord, il faut éviter de vaporiser des herbes trop sèches. L’herbe idéale doit avoir une certaine teneur en humidité tout en ayant un séchage suffisant. L’humidité de vos têtes va améliorer la quantité et la qualité de la vapeur. Une herbe qui s’émiette sous la pression de vos doigts est probablement déjà trop sèche. A l’inverse, votre herbe tout juste récoltée sera bien trop fraiche pour la vaporisation.

Le broyage est aussi essentiel. Avec convection, vous pouvez grinder fin. Avec conduction, vous pouvez grinder grossièrement.

 

Charger/Tasser

Ensuite, le remplissage. Pour que la chaleur et la vapeur puissent circuler, il ne faut pas trop charger les chambres des vaporisateurs. Vous pouvez même sous-charger celles-ci afin d’obtenir une meilleure vapeur. Avec l’expérience, vous trouverez la charge idéale qui vous donnera une vapeur de qualité.

La manière dont vous remplissez est aussi importante. Les fabricants de vaporisateurs ont souvent leurs propres indications à ce sujet. De manière générale, vous pouvez tasser mais légèrement. Tapoter du doigt sur le côté du vaporisateur pour faire descendre la matière suffit. Pas la peine d’utiliser un outil dédié. Suivant si votre vaporisateur est à conduction, convection ou hybride, vous devez remplir différemment. De manière générale, il faut moins tasser un « vaporisateur à conduction » qu’un « vaporisateur à convection. »

 

Températures

Tous les composés du cannabis, terpènes et cannabinoïdes, arrivent à ébullition à différentes températures. Avec une trop faible température, vous pouvez manquer de puissance et de saveurs. Mais à trop fortes températures, vous allez détériorer les saveurs et les substances normalement dégagées. Un exemple : le CBD se dégage à plus forte température que le THC. En vous rapprochant de la combustion vous obtiendrez davantage de vapeur mais vous perdrez des saveurs. Avec des températures trop élevées vous ferez aussi face à plus de substances cancérigènes.

 

Les goûts et les couleurs

Les goûts de chacun varient. Mais les effets et les saveurs varient aussi en fonction des températures. Il n’y donc pas de science exacte au niveau des températures de vaporisation. Si vous souhaitez vous renseigner davantage sur les températures de vaporisation et notamment pour d’autres plantes ou extractions liées au cannabis, Zamnesia possède un excellent article sur le sujet.

 

Températures idéales de chauffe - Terpènes, Flavonoïdes, Cannabinoïdes
Terpènes, Flavonoïdes, Cannabinoïdes (2) | Températures idéales de chauffe – Dossier Vaporisation et Vaporisateurs
 Températures idéales de chauffe - Terpènes, Flavonoïdes, Cannabinoïdes (page 2)
Terpènes, Flavonoïdes, Cannabinoïdes (2) | Températures idéales de chauffe – Dossier Vaporisation et Vaporisateurs


Guide vaporisation : choisir son vaporisateur

Portables, de salon, onéreux ou non : il y en a pour tous les goûts et tous les besoins.
Le mode de chauffe est déjà très important. Il en existe 3. Conduction, convection ou hybride (mêlant les deux).

Conduction : au contact de la matière, la chambre chauffante en extrait la vapeur.
Convection : de l’air chaud circule à travers la matière pour en extraire la vapeur.
Hybride : les deux, c’est d’ailleurs ce qui offre l’extraction la plus qualitative.

Tous 3 sont capables d’extraire la vapeur, il existe de très bons vaporisateurs dans les 3 catégories. Il faut tout de même retenir qu’on peut les classer par qualité de vapeur extraite : Conduction < Convection < Hybride.

Il existe cependant un autre mode de chauffe : l’induction. Pour le moment ce n’est pas vraiment abouti en dehors des « heaters » (comme ceux pour Dynavap), mais ça arrive ! Des entreprises comme Loto Labs l’ont annoncé. Dans leur cas précis, ils ont apparemment breveté une chauffe à induction magnétique.
De manière générale, l’induction amènerait une chauffe uniforme, plus efficace, plus rapide et plus saine. Pour le moment nous avons décidé de ne pas trop s’attarder dessus car les appareils en question sont encore en cours de développement, mais il était nécessaire d’aborder le sujet.

 

On vous a sélectionné les 3 meilleurs vaporisateurs en fonction de la catégorie de prix à laquelle ils appartiennent, les voici :

Meilleurs vaporisateurs portables en dessous de 100€ :

  • M 2020 (Dynavap)
    ✅ Nomade – Utilisation et entretien facile – Durabilité

 

Meilleurs vaporisateurs portables en dessous de 200€ :

 

Meilleurs vaporisateurs portables en dessous de 300€ :

 

Meilleurs vaporisateurs de salon (du moins cher au plus cher) :

 


Les petites astuces des pros de la vapo

 

  • Remuez la chambre ou la douille de votre vaporisateur après quelques bouffées
  • Laissez à votre vaporisateur le temps d’être arrivé à température
  • Prenez des bouffées légères sans trop fermer vos lèvres autour de l’embout
  • Les gros nuages veulent aussi dire plus de principes actifs qui sont perdus, avec la vaporisation (surtout à basse température) il est normal d’avoir peu de vapeur
  • Si votre herbe n’a pas perdu toute sa couleur, c’est qu’elle n’est pas terminée
  • L’herbe vaporisée (AVB) n’est pas à jeter ! (Zamnesia en a fait également un guide)

 


 

4 raisons de passer à la vaporisation et de vous acheter un vaporisateur

 

  • Santé

On en parle en début de dossier : « Quand vous fumez, et peu importe ce que vous fumez, vous brûlez la matière. Ce qui génère de la fumée. En plus de perdre les principes actifs de la matière, de nombreuses substances toxiques et cancérigènes sont générées (goudron, monoxyde de carbone, acétone, ammoniaque… etc). Et tout ça part dans votre corps et vos voies respiratoires.

Quand vous vaporisez, vous ne brûlez pas la matière. Ce n’est pas de la fumée qui est générée, mais de la vapeur. Vous en extrayiez donc les saveurs, les arômes et les divers principes actifs. Autrement dit vous récupérez ce qui est essentiel : les flavonoïdes, les terpènes et les cannabinoïdes. »

 

  • Économies

Vis-à-vis du tabac mais aussi des fleurs. Et à plusieurs niveaux : plus de tabac, mais aussi moins de fleur.  Ajoutez à cela qu’on sent bien plus les effets ( au moins 60-70% de plus qu’avec la combustion).

« moins de fleurs pour plus d’effetS, ça dure plus longtemps et en plus on garde les chutes pour cuisiner ou autre. C’est des économies puissance 4. »

 

  • Les saveurs, les terpènes, les cannabinoïdes…

     

« Le spectre terpénique.
Mince, QUOI ! »

En fait, on connait rien des saveurs de la plante, ni de ses effets. On en fait n’importe quoi à la consommer en combustion et à parler de ses saveurs. C’est limite un manque de respect vis à vis de la plante. Alors évidemment, certaines saveurs sont propres à la combustion. Lorsque vous fumez un pur, un blunt ou un cannagar, il y a quand même un certain plaisir gustatif. Sinon ces produits de « luxe » n’existeraient pas.

 

  • Il va falloir commencer à respecter cette plante

Au sein de l’équipe Testeur de CBD on aime tant cette plante qu’on aimerait lui rendre au centuple. La vaporisation semble être un des moyens les plus « safe » de profiter de celle-ci. C’est pourquoi nous décidons d’aller dans ce sens et de vous sensibiliser sur le sujet.

 

Fumer tue alors #fuckcombustion !

 

« Bonne vaporisation & bonne dégustation. Que la santé soit avec vous. »

NOS PARTENAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici